Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 23:20

Arnaud Destatte, médaillé de bronze:
«On a le potentiel pour arracher l’or aux J.O.»
  

arnaud-destatte.jpgArnaud Destatte, Cédric Van Branteghem et les frères Borlée ont accompli un superbe exploit en décrochant la médaille de bronze au relais 4X400 mètres lors des championnats d’Europe d’athlétisme à Barcelone. Il y a fort à parier que ces jeunes sportifs, déçus d’avoir raté l’or, feront encore parler d’eux. Arnaud Destatte, Bruxellois âgé de 22 ans, croit, plus que jamais, à son potentiel

 

Mes débuts
Depuis l’âge de 13 ans, je fais de l’athlétisme. J’étais déjà bon à l’école. Mon grand frère avait commencé l’athlétisme dans un club. Je l’ai suivi. Puis j’ai démarré les compétitions par le sprint. Je faisais de l’athlétisme deux fois par semaine. Vers 18 ans, je me suis orienté vers le 400 mètres. Depuis trois ans, je m’entraîne avec Jacques Borlée. Il est aussi exigeant avec moi qu’avec ses fils. Je récolte aujourd’hui les fruits de tout ce travail. Il est juste. L’entraînement est rigoureux, mais ça se déroule toujours dans la bonne humeur. On a un chouette groupe. Il m’a énormément fait progresser. Quand il m’a pris, j’étais dans une période délicate. J’avais des difficultés dans mes courses. Grâce à lui, je suis sorti d’une spirale négative. On a travaillé tous les domaines possibles. Je m’entraîne 15 à 18 heures par semaine. Au début, c’était difficile mais après ça devient une part du quotidien, comme manger ou se laver. Cela demande beaucoup de concessions. Mais, à mon école (je fais des études de kiné), ils sont assez compréhensifs: mes profs me permettent de déplacer des examens…

 

Le déclic
La compétition professionnelle est venue progressivement. Ces deux dernières années, je me suis à chaque fois retrouvé à une place d’aller en championnat international. J’étais le premier «à ne pas partir». Cela m’a donné encore plus l’envie de travailler en sachant qu’il ne me manquait pas beaucoup pour passer l’échelon supérieur. Le plus difficile pour moi a été d’entrer dans l’équipe qui devait se rendre à Barcelone. C’était très serré et beaucoup d’athlètes étaient susceptibles d’être sélectionnés. Avant le championnat de Belgique, qui s’est déroulé le 18 juillet, j’étais en septième position, à une place de partir comme réserviste. Mais, grâce à mon score au championnat, je suis monté de trois places. Pour moi, c’est la course qui m’a tout apporté.

 

Une bonne préparation
Le lendemain de ma qualification, je suis parti directement avec Jacques Borlée, mon entraîneur, dans le sud de la France pour me focaliser sur les championnats. Kevin, Jonathan et Olivia Borlée étaient déjà sur place. Du 19 au 24 juillet, on a surtout travaillé la concentration et la gestion du stress.

 

Je regarde un film comique avant la course
A Barcelone, on s’est installé à l’hôtel puis on a fait la visite du stade. J’ai eu assez rapidement ma série individuelle, puis on est arrivé en demi-finale. Le jour de la finale, on a meublé la matinée en regardant un film. Moi, perso, j’aime bien regarder des films comiques avant la course. Ça me permet de ne pas trop stresser et de libérer mon esprit. C’est important de ne pas rester toute la journée à penser à sa course. On y perd beaucoup d’énergie.

 

On espérait l’or
J’ai commencé le relais. Ce n’était pas une tâche facile car les concurrents avaient aligné leur meilleur coureur pour démarrer. J’ai fait une course à mon meilleur niveau. Je sais qu’il y a eu des critiques sur ma performance et l’ordre de la course, mais, même dans cet ordre-là, la victoire aurait été possible. Ça s’est joué à très peu, notamment à cause des bousculades.  A la fin de la course, on était un peu déçu. On espérait faire mieux. On savait surtout que la médaille d’or était accessible. Mais, en fin de compte, on a fait le tour d’honneur. Les drapeaux belges s’agitaient pour nous. Et puis, le moment où l’on est monté sur le podium, c’était vraiment particulier. Pour mon premier championnat international, je ne pouvais pas rêver mieux.

Notre objectif: J. O. de Londres
On devra viser une meilleure médaille aux championnats du monde. On y croit. On n’a pas de complexe d’infériorité surtout avec Kevin et Jonathan dans le groupe. On a une terrible équipe. Sur les 8 athlètes qui font parties du groupe 4X400 mètres, il y en a 5 qui ont 22 ans comme moi. C’est vraiment une génération qui est montée et a grandi ensemble. Mon rêve personnel serait de participer au relais aux J.O. de 2012, et de me qualifier aussi pour le 400 mètres. Il y a encore du boulot. Le minima pour participer aux J.O. sera aux alentours de 45 secondes 30. J’ai fait 46 secondes 28 aux championnats de Belgique. En deux ans, si je continue à bien travailler, je pourrais y arriver. Je dois encore gagner de la vitesse et travailler mon mental. Il faut pouvoir gérer les compétitions et se donner à fond. Ça compte même plus que le physique. Il faut vraiment y croire et ne pas se sous-estimer.

Partager cet article

Repost 0
Site officiel d'Arnaud Destatte - dans Presse
commenter cet article

commentaires